voyager pas cher en train

Comment voyager pas cher en train ?

Depuis quelques années, un mode de consommation a bouleversé nos habitudes : c’est la consommation à bas prix et cela dans tous les secteurs.

L’évolution du phénomène low cost

C’est un phénomène qui vient d’Allemagne et qui est arrivé en France peu après 1985. Il consiste à proposer des produits sans marque, sans présentation, sans fioritures. Il n’y a pas de jolis emballages coûteux, c’est directement sur palettes. On appelait ça le « hard discount », c’est-à-dire « fortes réductions ». La seule chose qui comptait, c’était le prix.

Ce phénomène s’est développé ensuite. Aujourd’hui, tout est devenu low cost. Il y a l’alimentaire, le vestimentaire, le maquillage, et le service bien sûr. On pense aux compagnies aériennes mais il y a aussi le ferroviaire.

L’arrivée du train low cost

La France est le premier pays à proposer une ligne de train low cost, une ligne Nord/Sud. On en parle très peu parce qu’il n’y a pas beaucoup de communication mais elle existe depuis 2 ans.
C’est le service OUIGO, une offre de la SNCF. Ce service de transport ferroviaire est optimiser pour proposer des prix bas, par exemple un trajet Marne-La-Vallée/Marseille à 10 euros. Le train arrive à la même heure. Il met le même temps de trajet qu’un TGV traditionnel.

Voyager à petit prix vers nos destinations coup de coeur comme le Sud, pour partir en vacances au soleil, c’est possible avec ce nouveau service.

Aujourd’hui, les offres sont réservées à Paris (Marne la Vallée) et le sud de la France : Marseille Saint Charles, Lyon Saint-Exupéry, Avignon, Montpellier Saint Roch, Nîmes, Valence et Aix-en-Provence. L’offre devrait se développer dans de nombreuses villes en France notamment Nantes, Rennes et Bordeaux.

Les différences entre un train normal et un train low cost

Pour proposer une offre low cost, il y a eu certains changements. Par exemple, vous n’avez plus qu’une seule classe de confort à bord. Il n’y a plus la voiture bar, qui permet de faire voyager un plus grand nombre de voyageurs. Il y a plus de sièges que sur un TGV normal, avec 25 % de sièges en plus. Les achats de billet ne se font que sur Internet ou sur le mobile. Un seul bagage est compris dans le prix du billet. Tout bagage supplémentaire est payant.

Malgré ces contraintes, le temps de trajet est le même qu’un TGV traditionnel et le prix est cassé. Par exemple, si on réserve 9 mois à l’avance, le prix du billet peut descendre à 10 euros.

Les offres low cost n’ont pas fini de se développer car elles sont ancrées dans nos habitudes de consommation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *